HOME Dossiers Le tournoi de...iques de Pékin

20
08
31
Aug

Le tournoi de Wushu des Jeux Olympiques de Pékin

Tags: tournoi , jeux olympiques
Le tournoi de Wushu des Jeux Olympiques de Pékin

Le tournoi de wushu organisé en marge des Jeux Olympiques de Beijing 2008 était LA compétition attendue par les instances internationales du wushu et les pratiquants passionnés. La compétition a eu lieu du 21 au 24 août à au Gymnase "Olympic Sports Center", avec des retombées médiatiques mitigées.

Les espoirs olympiques de l'IWUF

Les tractations ont été longues et riches en rebondissements pour l'introduction du wushu en tant que sport olympique. La fédération internationale et la fédération chinoise de wushu soutenues par autres fédérations dans le monde, ont fait pression sur le comité organisateur des JO de Beijing (BOCOG) pour voir leur discipline ajoutée au 28 sports olympiques.

Cet acharnement aura été un demi-succès (échec ?) puisqu'une compétition de wushu a été organisée pendant la période des Jeux olympiques, mais en marge et sans pouvoir délivrer de médailles siglées des 5 anneaux olympiques. Il ne s'agit pas non plus d'un sport de "démonstration" à Beijing, comme l'avait été le Taekwondo en 1988, puisque ce statut sous-entend une introduction au Jeux Olympiques suivants, ce que ne souhaite pas forcément le CIO.


Chapitre 1  

Préparation des équipes

L'enjeu de cette compétition a poussé les athlètes séléctionnés à mettre tout en oeuvre pour se préparer le mieux possible. Si beaucoup d'équipes nationales sont déjà dirigées par des entraîneurs chinois, le passage par un entraînement intensif au sein même d'équipes provinciales chinoises est devenu indispensable.

C'est le cas pour le représentant de l'Afrique du Sud, Son Bryan Adam, dont l'entraîneur Yang Lihua a programmé un stage intensif de 2 semaines à Beijing avant le début des Jeux. Willy Wang, des Philippines, a choisi de passer 6 mois dans la province du Guangxi pour parfaire sa préparation. L'équipe du Vietnam au complet s'est entraînée un mois en Chine.

D'autres équipes asiatiques, ont fait le choix de renforcer leur équipe d'entraîneurs de coach venus de Chine.

Pour l'équipe de Chine, la préparation fut moins problématique. Les athlètes étant tous professionnels, leur entraînement est déjà optimal et planifié depuis longtemps. Pour Wu YaNan, champion du monde en taijiquan, “mon plus gros rival pour cette compétition, c'est moi même. Je veux pratiquer à mon meilleur niveau pour une prestation parfaite à l'attention des spectateurs”.


Chapitre 2  

Wushu et flamme olympique

02/05/08 - Hong Kong : L'athlète de wushu To Yu Hang fait partie des relayeurs.

04/05/08 - Macao : L'athlète de Wushu Leong Hong Man étant le premier relayeur, en a donné le départ au quai des pêcheurs.

04/07/08 - Xi'an : Su, membre de la China Wushu Association, membre du comité de l'assocation de wushu de la province du Shaanxi et entraîneur au Shaanxi Wushu Sports Administration Center a relayé la flamme.

19/07/08 - Dalian : Xia Deren, maire de Dalian et le dernier relayeur, a allumé la vasque à la Salle de Wushu chinois située dans le village de vacances Jin Shatan,

25/07/08 - Henan : Fin du relais à Zhengzhou près du temple Shaolin

01/08/08 - Tianjin : Parmis les 191 relayeurs, le champion du monde de wushu Lang Rongbiao a participé au relais sur les 10km parcourus.

04/08/08 - Sichuan : Wang Jian, maître de wushu, a porté la flamme tout en soutenant l'inclusion du wushu aux Jeux Olympiques

25/08/08 - Hefei : après un trajet de trois heures et demi, la flamme a atteind le Centre des sports de Hefei. La championne du monde wushu Fan Xueping a allumé le chaudron, concluant ainsi le trajet à Hefei.


Chapitre 3  

La cérémonie d'ouverture

La cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques était une occasion unique pour les arts martiaux chinois de s'exposer au monde. Sur le thème de la culture ancestrale de la Chine, le metteur en scène Zhang Yi Mou ne pouvait écarter les arts martiaux. Ce sont 2008 élèves d'une école proche du Temple Shaolin qui ont participé à cette démonstration.

Le taijiquan a ouvert la marche avec des choregraphies individuelles sur fond de musique douce et de chutes d'eau sur grand écran. Une gigantesque choregraphie en groupe a suivi, mélange de taijiquan et de mouvements de wushu plus acrobatiques, rythmée par les battements de tambour.

Voici la video des préparatifs

Vidéo de la cérémonie comportant le taijiquan


Chapitre 4  

Les critères de sélection

L'IWUF a voulu faire de ce tournoi de Beijing 2008 une vitrine attractive du wushu de compétition. L'objectif étant de prouver au CIO sa capacité à organiser une compétition de niveau olympique, avec une attractivité médiatique et une représentativité internationale, point faible du wushu actuellement dominé par les asiatiques.

Pour se faire, ils ont réduit le nombre d'épreuves à 10 pour les taolu et 5 pour le sanshou. De même, le nombre d'athlètes a été réduit, mais en permettant à des pays de tous les continents d'être représentés. C'est le système des “Wild Cards” (places de rattrapage) qui a été choisi.

Ainsi, 4 athlètes européens ont reçu des “wild cards” dont Pierre Rouvière pour représenter la France en taolu. Les autres athlètes sélectionnés étaient les 6 premiers en taolu et les 8 premiers en sanshou des derniers championnats du monde de wushu en 2007 à Beijing.


Chapitre 5  

Les puissances en présence

Comme en 2007 lors des championnats du monde, les pays asiatiques et la Russie ont dominé les catégories taolu. La Chine en tête avec 100% de médailles d'or pour ses athlètes présents. La région spéciale de Hong Kong est seconde en taolu suivie de la Russie et des Philippines. Macao, la Malaysie, le Vietnam, le Japon, Taiwan et l'Indonésie sont sans surprise sur les podiums.

En sanshou, les asiatiques sont moins dominants. La Russie et l'Iran confirment leur bons résultats aux championnats de 2007. La Corée du Sud, la Grande Bretagne, le Brésil, l'Egypte tiennent tête aux nations asiatiques comme le Vietnam, les Philippines ou Macao.

Sur le total de médailles, la Chine fait un sans faute avec 8 premières places. La Russie est seconde , talonnée par Hong-kong et Macao. L'Iran a créé la surprise en se hissant 5ème, devant les philippines, la Malaysie et le Vietnam.


Chapitre 6  

La suprise Iranienne et la deception occidentale

L'Iran est la grande surprise des 2 derniers championnats internationaux de l'IWUF. En particulier en taolu, avec une 3ème place dans la catégorie la plus concurrentielle, le Changquan, et une 5ème place dans la catégorie combiné Nanquan/Nangun masculins.

Les nations occidentales n'ont pas particulièrement brillé lors de cette compétition. Elles ferment quasi-systématiquement les classements en catégories taolu, et bénéficient d'une seule médaille en sanshou.
Avec pour exceptions la médaille d'argent de l'italienne d'origine chinoise Xu Hui Hui en combiné daoshu/gunshu, et l'honorable 4ème place de la canadienne Wei Jen Lee.

Les résultats complets sont visibles sur notre page : Tournoi des JO de Beijing 2008


Chapitre 7  

Bilan de cette compétition

Depuis l'élection de Beijing (Pékin) comme ville hôte des JO de 2008, un long chantier a été entrepris par la fédération internationale pour développer le wushu de compétition, le diffuser dans un maximum de pays et adapter les règlements au "format" olympique, non sans essuyer de nombreuses critiques. L'IWUF ne pouvait donc refuser une telle offre de médiatisation pour le wushu.

La compétition a été un succés sur le plan de l'organisation. Elle n'avait rien à envier aux autres épreuves olympiques, en utilisant le même gymnase que d'autres épreuves olympiques, le logo « Beijing 2008 », l'affichage sur écran géant, le montage vidéo en direct....

En revanche, pour la retransmission des épreuves, c'est un parcours du combattant pour les passionnés de ce sport. En Chine, la chaîne CCTV2 a diffusé les épreuves Changquan masculin, jianshu féminine et taijiquan féminine. En France, les plus malins ont pu regarder certaines épreuves sur les canaux multipostes du site de France 2, et de même dans d'autres pays européens.

Les sources habituelles de diffusion des compétitions comme le site youtube, ont été contraint de retirer toute vidéo des Jeux Olympiques, y compris des épreuves de wushu (supposé non olympique), même de source amateur. En cause, les droits de diffusion achetés à prix d'or par les médias, en particulier américains.On pourra se consoler avec les reportages plus ou moins pertinents de la plupart des médias et agences de presse mondiales (AFP, Reuters, Xinhua...).
Au final, se pose la question des réelles retombées médiatiques pour le wushu. Il semble qu'en occident pour l'instant, l'impact reste minime. En Asie pourtant, on a appris que le champion philippain Willy Wang, a reçu la somme de 5,5 million de peso philippain, soit environ 80.000 euros pour sa médaille d'or en catégorie combiné nanquan/nangun. Rappelons qu'un champion olympique français perçoit, lui, 50.000 euros.

Le réel salut viendra peut être du CIO s'il décide finalement d'inclure le wushu dans la liste des 26 sports olympiques. C'est en tout cas « l'objectif » annoncé par Wang Xiaolin, secrétaire général de l'IWUF. Mais la concurrence est rude et le programme olympique de plus en plus restrictif. Le baseball et le softball ont d'ores et déjà été exclus pour 2012. Le golf, le rugby à 7, le squash, le karaté et le roller étaient candidats lors de la 117ème session du CIO à Singapoure pour les remplacer. Le karaté et le squash ont été retenus par les membres du CIO, mais n'ont pas été admis au programme olympique de 2012 car n'ont pas reçu la majorité des 2/3.

Le prochain rendez-vous olympique aura lieu lors de la 121ème session du CIO à Copenhage pour l'éléction de la ville hôte des JO de 2016. Le wushu ne bénéficiera plus de l'appui du comité d'organisation comme ce fut le cas à Beijing. En revanche, on peut espérer que l'élection du président de l'IWUF, Yu Zaiqing, au poste de vice président du comité olympique international le 7 aout dernier, donnera une chance supplémentaire au wushu d'atteindre son rêve olympique.


Chapitre 8  

Anecdotes et citations

Commentaire de Qin Lizi (Chine), catégorie sanshou féminine 52kg, au sujet de son point faible :
“Je n'arrive toujours pas a accomplir mon attaque “fatale”. A chaque fois que je met mon adversaire au sol, elle arrive quand même à se relever. Je voudrais que mon attaque soit assez puissante pour clouer mon adversaire au sol.”

Commentaire de Zhang Genxue (Chine), entraîneur en chef de l'équipe chinoise de sanshou, au sujet du niveau des compétiteurs internationaux :
“Ca ne me gêne pas d'être battu par des compétiteurs internationaux. Au contraire, je m'y attend. Le wushu est originaire de Chine, mais il appartient au monde.”

Commentaire de Wang Zhanli (Chine), entraîneur de l'équipe de sanshou d'Iran, au sujet du développement du wushu en Iran :
“Je suis en Iran depuis 2 ans, assignée par la fédération chinoise de wushu à la demande du gouvernement Iranien. Vous savez, dans les pays musulmans, il y a différentes restrictions au sujet des femmes. Elles n'ont pas beaucoup d'activités extérieures. Le wushu est devenu un bon choix pour les femmes et se trouve trés populaire en Iran.”

Le design des médailles attribuées au tournoi de Beijing 2008 : 
elles font 70mm de diamètre et 6mm d'épaisseur. Une face est incrustée de jade avec l'emblème de la fédération internationale de wushu gravé au centre. L'autre face est gravée du nom de l'épreuve dans un style de sceau chinois. La médaille symbolise la noblesse, la vertue et la tradition chinoise des valeurs telles que l'honneur et l'éthique. Leur design combine la tradition culturelle chinoise et l'esprit du wushu.

Commentaire de Wu Yanan (Chine), catégorie combinée taijiquan/taijijian, au sujet de son choix de devenir athlète professionnel plutot que de poursuivre ses études au regard de ses bons résultats scolaires : 
“En fait, je ne pense pas avoir eu un avenir si prometteur pour les études. C'était juste ce que mes parents pensaient. Par ailleurs, je ne voulais pas faire un choix que je regretterai plus tard. [...] Vous pouvez reprendre vos études quand vous voulez, mais pour le wushu, en particulier le wushu de compétition, vous devez pratiquer quand vous êtes encore jeune et en pleine force. Si j'avais raté cette chance, ça aurait été perdu pour toujours.”

Commentaire de Pui Fook Chien (Malaysie), catégorie nanquan/nangun, sur l'influence du wushu sur lui : 
“Je n'ai pas seulement appris les techniques du wushu, mais également ses valeurs. J'ai appris de nombreuses manières de devenir un homme bon. Les valeurs du wushu telles que la perseverance auront un grand impact sur ma personnalité lorsque j'arreterai le wushu et que je travaillerai.”

Commentaire de Zhao Qingjian (Chine), catégorie daoshu/gunshu, au sujet des compétiteurs de wushu : 
“Je pense que les pratiquants de wushu sont vraiment sincères et nous prenons beaucoup soin les uns des autres”

Commentaire de Andrzej Topczewski (Pologne), catégorie daoshu/gunshu, au sujet des hotesses d'accueil :
“Ces hotesses d'accueil sont adorables, je ne veux plus les quitter”, disait-il. “Elles me donne du courage. Je me sent bien mieux à présent.”

Commentaire de Jia Rui (Macao), catégorie daoshu/gunshu, au sujet de ses débuts dans le wushu : 
“J'ai étudié la peinture étant jeune, mais parce que mon physique n'était pas assez fort, mes parents m'ont demandé d'étudier le wushu.”

Commentaire de Lin Fan (Chine), après sa prestation en nandao : 
“Je pense que ma prestation était bonne. J'ai atteind mon niveau habituel, mais je ne la considère toujours pas comme parfaite parce que le wushu est un travail sans fin et je peux encore m'améliorer”

Commentaire de Daria Tarasova (Russie), après sa prestation en changquan :
“J'était confiante en tant que championne du monde 2007. Je n'ai pas senti trop de pression avant l'épreuve.”

Commentaire de Zhao Qinjian (Chine), après sa médaille d'or, au sujet de son esprit de compétition : 
“Il y a deux raisons pour lesquelles je suis si compétitif. La première, c'est que je n'ai aucune blessure. Si un compétiteur atteind un haut niveau, il a plus de chances de se blesser, mais moi je me sens relaché lorsque je fait mes mouvements. La deuxième raison concerne le mental. L'execution des mouvements nécessite une bonne méthode, pas seulement de la force.”

Commentaire de Han Jiing (Macao), doyenne de la compétition et médaille d'argent en catégorie jianshu/qiangshu, au sujet de sa prestation :
“Je pense avoir été un peu nerveuse, j'aurai pu faire mieux. Après tout, c'est la dernière prestation de ma carrière en wushu. J'ai tout donné. Cette dernière prestation n'était pas parfaite. Mais elle constitue une bonne fin pour ma carrière."

Commentaire de Ambra Vielmi (Italie), catégorie sanshou féminine 52kg, au sujet de sa défaite : 
“Je pensais avoir remporté le troisième round. Les arbitres ont été injustes.”

Commentaire de Chai Fong Wei (Malaysie), troisième en gunshu feminine, en comparaison avec sa prestation lors des championnats du monde de 2007 : 
“Je suis plus mature que l'année dernière. Mon entraîneur ma suggérer de manger plus pour être plus forte.”

Commentaire de Geng Xiaoling (Hong-kong) deuxième en gunshu, au sujet de sa préparation pour le tournoi :
“J'ai été envoyée à Hong-kong. La compétition n'est pas trés rude ici, mais je continue à progresser parce que je reviens souvent sur le continent pour m'entraîner.”

Présentateurs pour la cérémonie de remise des médailles de la catégorie taijiquan/taijijian feminines : 
remise des médailles : Li lianjie (Jet Li), ambassadeur du wushu
remise des fleurs : Liu Shanquan, responsable de l'olympic sports center pour le BOCOG

Commentaire de Nguyen Huy Thanh (Vietnam), deuxième en qiangshu, au sujet de ses erreurs : 
“J'ai fait de petites erreurs à cause du sol glissant. Les athlètes qui sont passés devant moi ont beaucoup transpiré et ont rendu le sol glissant et je ne pouvais rester stable.”

Commentaire de Mariane Mariano (Philippines), catégorie sanshou féminine 60kg, au sujet de sa défaite :
“Je ne veux pas faire de ma taille une excuse, mais je pense que c'est à cause de ça.”

Commentaire de Muslim Salikov (Russie), médaille d'or en sanshou 85kg, au sujet du forfait de son adversaire : 
“Il a été blessé à l''épaule droite et a choisi de ne pas combattre. Nous sommes monté sur le plateau juste pour un show pour les spectateurs dans la finale.”



COMMENTER

decoration
AUTEUR DE L'ARTICLE
Ecole de Wushu  Yang

Ecole de Wushu Yang

Lieu : Nice
www.kungfuwushu.org

Notre association propose des cours et stages de kungfu, wushu, sanda et taichi sous la direction de Yang Er Yue, athlète d'élite chinoise et ceinture noire 4è DAN.

Pour plus d'informations, consultez les pages club/cours et club/stages du site.

Contact :

  • tel : 09.51.808.818
  • email : info@kungfuwushu.org

facebook twitter flux rss youtube

ARTICLES RELIES
decoration