Bilan de cette compétition

Bilan de cette compétition

Depuis l'élection de Beijing (Pékin) comme ville hôte des JO de 2008, un long chantier a été entrepris par la fédération internationale pour développer le wushu de compétition, le diffuser dans un maximum de pays et adapter les règlements au "format" olympique, non sans essuyer de nombreuses critiques. L'IWUF ne pouvait donc refuser une telle offre de médiatisation pour le wushu.

La compétition a été un succés sur le plan de l'organisation. Elle n'avait rien à envier aux autres épreuves olympiques, en utilisant le même gymnase que d'autres épreuves olympiques, le logo « Beijing 2008 », l'affichage sur écran géant, le montage vidéo en direct....

En revanche, pour la retransmission des épreuves, c'est un parcours du combattant pour les passionnés de ce sport. En Chine, la chaîne CCTV2 a diffusé les épreuves Changquan masculin, jianshu féminine et taijiquan féminine. En France, les plus malins ont pu regarder certaines épreuves sur les canaux multipostes du site de France 2, et de même dans d'autres pays européens.

Les sources habituelles de diffusion des compétitions comme le site youtube, ont été contraint de retirer toute vidéo des Jeux Olympiques, y compris des épreuves de wushu (supposé non olympique), même de source amateur. En cause, les droits de diffusion achetés à prix d'or par les médias, en particulier américains.On pourra se consoler avec les reportages plus ou moins pertinents de la plupart des médias et agences de presse mondiales (AFP, Reuters, Xinhua...).
Au final, se pose la question des réelles retombées médiatiques pour le wushu. Il semble qu'en occident pour l'instant, l'impact reste minime. En Asie pourtant, on a appris que le champion philippain Willy Wang, a reçu la somme de 5,5 million de peso philippain, soit environ 80.000 euros pour sa médaille d'or en catégorie combiné nanquan/nangun. Rappelons qu'un champion olympique français perçoit, lui, 50.000 euros.

Le réel salut viendra peut être du CIO s'il décide finalement d'inclure le wushu dans la liste des 26 sports olympiques. C'est en tout cas « l'objectif » annoncé par Wang Xiaolin, secrétaire général de l'IWUF. Mais la concurrence est rude et le programme olympique de plus en plus restrictif. Le baseball et le softball ont d'ores et déjà été exclus pour 2012. Le golf, le rugby à 7, le squash, le karaté et le roller étaient candidats lors de la 117ème session du CIO à Singapoure pour les remplacer. Le karaté et le squash ont été retenus par les membres du CIO, mais n'ont pas été admis au programme olympique de 2012 car n'ont pas reçu la majorité des 2/3.

Le prochain rendez-vous olympique aura lieu lors de la 121ème session du CIO à Copenhage pour l'éléction de la ville hôte des JO de 2016. Le wushu ne bénéficiera plus de l'appui du comité d'organisation comme ce fut le cas à Beijing. En revanche, on peut espérer que l'élection du président de l'IWUF, Yu Zaiqing, au poste de vice président du comité olympique international le 7 aout dernier, donnera une chance supplémentaire au wushu d'atteindre son rêve olympique.